AGENDA

Novembre 2019 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (Éditions de La Différence) de Denis Langlois (avec un cahier-photos de 16 pages) est à nouveau disponible en librairie.

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

.

Articles et émissions concernant ce livre :

1er novembre 2019, dans Bing Bang Magazine (Dijon), numéro 80, pages 34 à 37, article de Gérard Bouchu : "La vérité sur l’affaire Saint-Aubin. Un polar à la Simenon."

.

19 octobre 2019, sur FR3 Bourgogne, reportage de Sylvain Bouillot "Retour sur l’affaire Saint-Aubin" diffusé dans les Journaux télévisés de 12h/13h et 19h/20h.

.

16 octobre 2019, Sur le Site 7 Jours à Clermont, article de Marc François : "Denis Langlois dans les méandres de l’Affaire Saint-Aubin".

.

12 octobre 2019, sur le Site Village de la Justice, article de Marie Depay : "Nouvelle parution : L’Affaire Saint-Aubin".

.

7 octobre 2019, sur la radio RCF en Bourgogne, l’Affaire Saint-Aubin, interview de Denis Langlois par Christophe Lapostolle (Émission C Le Mag).
Pour écouter.

.

2 octobre 2019, de 20 h à 21 h, l’émission "L’Heure du crime" de Jacques Pradel sur RTL est consacrée à l’Affaire Saint-Aubin. Intervenants : Denis Langlois, Patrick Meney et François Saint-Aubin.
*Pour écouter.

28 septembre 2019

L’Affaire Saint-Aubin étant étroitement liée à Dijon, Denis Langlois dédicacera son livre le samedi 28 septembre 2019, à partir de 16 heures, à la Librairie Grangier, 14 rue du Château, à Dijon.

26 septembre 2019, article de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public (Dijon) : "Affaire Saint-Aubin : un demi-siècle et toujours pas de vérité."

Autre article, le 27 septembre 2019, de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public : "Il faut donner le nom d’une rue à Andrée Saint-Aubin !"

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de Panagoulis, le sang de la Grèce
de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

_

Mai 2019, dans Le Monde diplomatique, article de Laurent Bonelli sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

28 février 2019, dans Le Petit Journal d’Athènes : "Panagoulis, un héros toujours présent", interview de Denis Langlois par Aurore Le Perff.

Ce texte a été repris le 1er mars 2019 par Defend Democraty Press.

.

Février 2019, article de Gilles Vergnon dans L’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) : "68 : Panagoulis, face aux colonels".

.

Janvier 2019, note de lecture de Christophe Chiclet dans "Confluences Méditerranée" sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

Le 19 décembre 2018, article de Magdalini Varoucha sur GreceHebdo : "Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque".

.

Le 16 novembre 2018 : Panagoulis : les pages de l’Histoire avec Denis Langlois, article de Marc François dans "7 Jours à Clermont".

.

Le 31 octobre 2018, article dans le journal grec "Rodiaki" : Un Français écrit à propos d’Alekos Panagoulis.

.

Le 2 octobre 2018, Denis Langlois est l’invité sur France-Inter de l’émission "Affaires sensibles" de Fabrice Drouelle : Les colonels grecs : un printemps perdu et 7 ans de malheur.

.

30 MAI 2018

VÉRITÉ HISTORIQUE ET VÉRITÉ JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE SEZNEC

"Libre-opinion" de Denis Langlois sur le Site CRIMINOCORPUS.

.

27 MAI 2018

Tribune de Denis Langlois dans LE JOURNAL DU DIMANCHE :

POUR LA VÉRITÉ DANS L’AFFAIRE SEZNEC.

.

8 MAI 2018

COMMENT PIERRE QUÉMENEUR A TROUVÉ LA MORT EN MAI 1923 À MORLAIX.

Pour la première fois, Denis Langlois donne connaissance de l’intégralité du témoignage que Petit-Guillaume Seznec, fils de Guillaume Seznec, a confié en janvier 1978 à son neveu Bernard Le Her. Une partie de ce témoignage a été publiée en 2015 dans le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" aujourd’hui provisoirement indisponible du fait de la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence.

L’essentiel de ce témoignage vient d’être confirmé le 6 mai 2018 sur "France 2" et dans "Le Télégramme" de Brest par deux des petits-fils de Guillaume Seznec : Jean-Yves et Gabriel Seznec.

13-15 avril 2018 ; Participation au Festival Le Livre à Metz dont le thème est "Libertés".

Les 13, 14 et 15 avril : Dédicaces sur le stand de la librairie Autour du Monde.

Le Dimanche 15 Avril de 13 h 30 à 14 h30
À l’Arsenal, Salle de l’Esplanade
LECTURE-DÉBAT sur MAI 68

Il y a 50 ans, les événements de Mai 68 secouaient la société, en France mais aussi dans nombre d’autres pays. Agitation temporaire ou profonds bouleversements ; à tous les niveaux et jusque dans les rapports hommes-femmes ou la relation au travail ? Que reste-t-il des idéaux de mai, cette "porte entrouverte" selon Léo Ferré ? Retour sur cette soif de libertés et sur nos facultés à nous révolter.

Lecture-débat avec Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018), Denis Langlois (Et si la révolution était possible ?, SCUP-La Déviation, 2018) et Yves Pagès (Encore heureux, L’Olivier, 2018)

Animée par Richard Bance.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

Archives personnelles de Denis Langlois, conseiller juridique de la Ligue de 1967 à 1971.

.

Archives personnelles.

.

Denis Langlois a été le conseiller juridique de la Ligue française des droits de l’homme de 1967 à 1971. Le président de la Ligue était alors Daniel Mayer, le secrétaire général Pierre Couteau, puis Pierre Herold. Parmi les membres du Comité central on comptait notamment Pierre Vidal-Naquet, Jean-Jacques de Félice, Suzanne Collette-Kahn, Georgette Chapelain, Laurent Schwartz, André Hauriou, Robert Verdier, Pierre Juvigny, David Lambert, André Boissarie, Denise Decourdemanche, Jacqueline Hadamard, Pierre Kraemer-Raine, Françoise Seligmann, Madeleine Rebérioux et Henri Leclerc. Le service juridique était animé par Madeleine Glozmann.

.

Le siège de la Ligue des droits de l’homme, 27 rue Jean Dolent (Paris 14e), près de la prison de la Santé.

.

.

Daniel Mayer, Président de la Ligue des droits de l’homme, de 1958 à 1975.

.

Me Jean-Jacques de Felice. C’est à son cabinet que Denis Langlois effectua son stage d’avocat. C’est lui qui, membre du Comité central de la Ligue, intervint pour qu’il soit nommé conseiller juridique de la Ligue.

.


Bulletin national de la Ligue des droits de l’homme, octobre 1967.

.

"Combat", 10 novembre 1967, interview de Daniel Mayer par Bertrand Sachs.

.

Mai 1968.

Mai 68. "Que la lumière soit faite", pétition lancée en juin 1968 au nom de la Ligue des droits de l’homme par Jean-Jacques de Felice et Denis Langlois. Parmi les premiers signataires : Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

.

Lettre de la Ligue des droits de l’homme au Ministre de l’Intérieur et au Ministre de la Justice pour protester contre les expulsions d’étrangers, 14 juin 1968.

.

Bulletin de la Ligue des droits de l’homme, avril 1968.

.

"La Ligue des droits de l’homme", juillet 1968.

.

Bulletin de la Ligue des droits de l’homme, novembre 1968.

.

- 

La relégation

Depuis de nombreuses années, la Ligue se préoccupe du sort des relégués : petits multirécidivistes frappés d’une peine complémentaire à vie. Denis Langlois, qui en tant qu’ancien prisonnier ( Le Cachot) est particulièrement sensible à ce problème, fait en 1968 un exposé devant le Comité central de la Ligue. Le texte est publié dans le bulletin de la Ligue de mars 1969, puis repris sous la forme d’une brochure.

Départ de relégués pour la Guyane.



Centre de relégués de Saint-Martin-de-Ré.

.

En contact avec la Ligue, un ancien relégué, René Boloux, auteur du livre "J’étais un bagnard", entame une grève de la faim pour attirer l’attention de l’opinion et des pouvoirs publics sur le problème de la relégation. La Ligue lui apporte son soutien. Durant l’année 1969, Denis Langlois participe avec René Boloux à plusieurs conférences.

Résolution de la Ligue des droits de l’homme, congrès national de novembre 1969.

.

Le 17 juillet 1970, le Parlement vote une loi qui supprime la relégation.

- 

Lettre de Jean-Jacques de Felice à Daniel Mayer, 27 janvier 1969.

.

Communiqué de la Ligue des Droits de l’Homme. Pour plus de précisions sur l’Affaire Jean-Pierre Thévenin, on peut se reporter aux Dossiers noirs de la police française


"Le Canard Enchaîné", Affaire Driss Brahimi.

Bulletin de la Ligue des droits de l’homme, avril 1969.

.

"La Ligue des droits de l’homme", novembre 1969.

Voir Les Dossiers noirs de la justice française.

.

Bulletin de la Ligue des droits de l’homme, mars 1970.

.

Denis Langlois dans les bureaux de la Ligue, 1970.

.

"Après-demain", mars 1970. Cette revue mensuelle fondée par la Ligue des droits de l’homme en 1957 fut dirigée par Françoise Seligmann. Dans les années 1970, ses rédacteurs en chef étaient Philippe Bernard et Pierre Joxe.

.

"Lectures pour tous", octobre 1971. (Article de Michel Portal).

.

En février 1971, Denis Langlois publie "Les Dossiers noirs de la police française" aux éditions du Seuil, dans la collection "Combats" dirigée par Claude Durand.

.

"Après-demain" (revue créée par la Ligue des droits de l’homme), mars 1971.

.

"Combat", 31 mars 1971 (interview de Maurice Achard).

.

"Esprit", avril 1971 (article de Casamayor).

.

"Jeunes avocats", mai-juin 1971.

.

"Quinze jours", 1er mai 1971 (article de Yves Buquet).

.

"La Croix", 20 mai 1971.

.

"Lutte ouvrière", 13 juillet 1971 (article de Michel Varnal).

.

"Informations ouvrières", 28 juillet 1971.

.

"Index", février 1972.

.

"Union pacifiste", février 1972 (article de Bernard Clavel).

.

"Combat", 24 février 1972 (Article de Daniel Mayer, Président de la Ligue des Droits de l’Homme).

.

Pour plus de précisions Voir Les Dossiers noirs de la police française

Autres dossiers concernant les droits de l’homme en France :

Les Dossiers noirs de la justice française

L’Affaire Seznec

L’Affaire Saint-Aubin

Guide du militant

Guide du citoyen face à la police

L’objection de conscience. Le Cachot

.

.

- 


Dessin de Spinga, "Objections".

De 1968 à 1970, Denis Langlois a été chargé par la Fédération internationale des droits de l’homme de missions pour suivre des procès politiques en Grèce, en Tunisie, en Algérie, au Mali et au Koweit, en tant qu’observateur judiciaire.

On trouvera des documents concernant ces missions à la rubrique Fédération internationale des droits de l’homme..

.
.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire