AGENDA

Novembre 2019 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (Éditions de La Différence) de Denis Langlois (avec un cahier-photos de 16 pages) est à nouveau disponible en librairie.

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

.

Articles et émissions concernant ce livre :

1er novembre 2019, dans Bing Bang Magazine (Dijon), numéro 80, pages 34 à 37, article de Gérard Bouchu : "La vérité sur l’affaire Saint-Aubin. Un polar à la Simenon."

.

19 octobre 2019, sur FR3 Bourgogne, reportage de Sylvain Bouillot "Retour sur l’affaire Saint-Aubin" diffusé dans les Journaux télévisés de 12h/13h et 19h/20h.

.

16 octobre 2019, Sur le Site 7 Jours à Clermont, article de Marc François : "Denis Langlois dans les méandres de l’Affaire Saint-Aubin".

.

12 octobre 2019, sur le Site Village de la Justice, article de Marie Depay : "Nouvelle parution : L’Affaire Saint-Aubin".

.

7 octobre 2019, sur la radio RCF en Bourgogne, l’Affaire Saint-Aubin, interview de Denis Langlois par Christophe Lapostolle (Émission C Le Mag).
Pour écouter.

.

2 octobre 2019, de 20 h à 21 h, l’émission "L’Heure du crime" de Jacques Pradel sur RTL est consacrée à l’Affaire Saint-Aubin. Intervenants : Denis Langlois, Patrick Meney et François Saint-Aubin.
*Pour écouter.

28 septembre 2019

L’Affaire Saint-Aubin étant étroitement liée à Dijon, Denis Langlois dédicacera son livre le samedi 28 septembre 2019, à partir de 16 heures, à la Librairie Grangier, 14 rue du Château, à Dijon.

26 septembre 2019, article de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public (Dijon) : "Affaire Saint-Aubin : un demi-siècle et toujours pas de vérité."

Autre article, le 27 septembre 2019, de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public : "Il faut donner le nom d’une rue à Andrée Saint-Aubin !"

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de Panagoulis, le sang de la Grèce
de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

_

Mai 2019, dans Le Monde diplomatique, article de Laurent Bonelli sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

28 février 2019, dans Le Petit Journal d’Athènes : "Panagoulis, un héros toujours présent", interview de Denis Langlois par Aurore Le Perff.

Ce texte a été repris le 1er mars 2019 par Defend Democraty Press.

.

Février 2019, article de Gilles Vergnon dans L’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) : "68 : Panagoulis, face aux colonels".

.

Janvier 2019, note de lecture de Christophe Chiclet dans "Confluences Méditerranée" sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

Le 19 décembre 2018, article de Magdalini Varoucha sur GreceHebdo : "Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque".

.

Le 16 novembre 2018 : Panagoulis : les pages de l’Histoire avec Denis Langlois, article de Marc François dans "7 Jours à Clermont".

.

Le 31 octobre 2018, article dans le journal grec "Rodiaki" : Un Français écrit à propos d’Alekos Panagoulis.

.

Le 2 octobre 2018, Denis Langlois est l’invité sur France-Inter de l’émission "Affaires sensibles" de Fabrice Drouelle : Les colonels grecs : un printemps perdu et 7 ans de malheur.

.

30 MAI 2018

VÉRITÉ HISTORIQUE ET VÉRITÉ JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE SEZNEC

"Libre-opinion" de Denis Langlois sur le Site CRIMINOCORPUS.

.

27 MAI 2018

Tribune de Denis Langlois dans LE JOURNAL DU DIMANCHE :

POUR LA VÉRITÉ DANS L’AFFAIRE SEZNEC.

.

8 MAI 2018

COMMENT PIERRE QUÉMENEUR A TROUVÉ LA MORT EN MAI 1923 À MORLAIX.

Pour la première fois, Denis Langlois donne connaissance de l’intégralité du témoignage que Petit-Guillaume Seznec, fils de Guillaume Seznec, a confié en janvier 1978 à son neveu Bernard Le Her. Une partie de ce témoignage a été publiée en 2015 dans le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" aujourd’hui provisoirement indisponible du fait de la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence.

L’essentiel de ce témoignage vient d’être confirmé le 6 mai 2018 sur "France 2" et dans "Le Télégramme" de Brest par deux des petits-fils de Guillaume Seznec : Jean-Yves et Gabriel Seznec.

13-15 avril 2018 ; Participation au Festival Le Livre à Metz dont le thème est "Libertés".

Les 13, 14 et 15 avril : Dédicaces sur le stand de la librairie Autour du Monde.

Le Dimanche 15 Avril de 13 h 30 à 14 h30
À l’Arsenal, Salle de l’Esplanade
LECTURE-DÉBAT sur MAI 68

Il y a 50 ans, les événements de Mai 68 secouaient la société, en France mais aussi dans nombre d’autres pays. Agitation temporaire ou profonds bouleversements ; à tous les niveaux et jusque dans les rapports hommes-femmes ou la relation au travail ? Que reste-t-il des idéaux de mai, cette "porte entrouverte" selon Léo Ferré ? Retour sur cette soif de libertés et sur nos facultés à nous révolter.

Lecture-débat avec Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018), Denis Langlois (Et si la révolution était possible ?, SCUP-La Déviation, 2018) et Yves Pagès (Encore heureux, L’Olivier, 2018)

Animée par Richard Bance.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

L’Appel des 75 contre la guerre du Golfe. 4

Archives de Me Denis Langlois

Exposé chronologique en 7 parties.

1. 2 août 1990-9 janvier 1991.
2. 10 janvier 1991-18 janvier 1991.
3. 18 janvier 1991-28 janvier 1991.
4. 28 janvier 1991- 13 février 1991.
5. 13 février 1991-26 février 1991.
6. 26 février 1991-4 avril 1991.
7. 4 avril 1991-Juin 1992.

.
Ci-dessous  :

4e partie : 28 janvier 1991-13 février 1991.

.

28 janvier 1991. L’aviation alliée continue d’effectuer ses raids meurtriers. Selon le général américain Norman Schwarzkopf qui commande la coalition, 25.000 sorties ont été effectuées depuis le début de la guerre. Les porte-avions ont tiré plus de 200 missiles Tomahawk. (25 avions alliés ont été abattus.)

En Irak, les victimes militaires et surtout civiles de ces bombardements intensifs sont nombreuses, en dépit des dénégations de Saddam Hussein qui minimise les pertes de son armée et de sa population. Interviewé pour la première fois par la chaîne américaine CNN, il se déclare persuadé de "l’échec" de l’offensive alliée.

.

.

Un article paru dans la presse jordanienne reproche au président Mitterrand de suivre la politique guerrière des Etats-Unis et de faire de la France un "protectorat américain".

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, partout dans le monde, les compagnies pétrolières engrangent des bénéfices records grâce à l’invasion du Koweit qui a dopé le prix du baril de pétrole. La compagnie française Elf-Aquitaine a vu ses bénéfices grimper de plus de 50 %. Le Club Méditerranée, lui, accuse une baisse de 70% des réservations de vacanciers.

- 

Mardi 29 janvier. Coup de théâtre en France : Jean-Pierre Chevènement, le ministre de la Défense, démissionne. Dans une lettre adressée à François Mitterrand, il estime que "la logique de guerre risque de nous éloigner chaque jour des objectifs fixés par les Nations-Unies", c’est-à-dire la libération du Koweit, au profit de la destruction de l’Irak voulue par les Etats-Unis. Il affirme avoir pris sa décision "au nom d’une certaine idée de la République". Il n’est pas inutile de rappeler que Chevènement, avant la guerre, avait été l’un des fondateurs de l’association "Amitié franco-irakienne".


Jean-Pierre Chevènement et le général Schmitt, chef d’état-major des armées.

.

La nouvelle fait sensation en France et dans les capitales étrangères.

Les pacifistes se réjouissent vivement de cette défection qui conforte leur position et fragilise le camp de la guerre. Les 75 le font savoir dans un communiqué. "Un ministre de la guerre qui a un cas de conscience et ne veut plus continuer à couvrir les massacres dans le Golfe, c’est assurément un appui considérable apporté au mouvement pacifiste, la preuve que nous avons raison d’être opposés à la guerre. Un encouragement à continuer... La sagesse et le bon sens commencent à gagner les plus hautes sphères. C’est là une excellente nouvelle."

Cependant, Chevènement est aussitôt remplacé par le ministre de l’intérieur Pierre Joxe qui affirme "Le combat dans lequel nous sommes engagés est digne de la France, car il est celui du droit".

Un sondage SOFRES confirme que 70% des Français approuvent l’intervention de la France dans le Golfe. Cependant 68% des musulmans de France sont hostiles à cette intervention.

.

Interview d’Alain Krivine, dirigeant de la Ligue communiste révolutionnaire, "Libération", 29 janvier 1991.

- 

Février 1991.

Les bombardements sur l’Irak s’intensifient (plus de 2.500 sorties quotidiennes à présent). Des milliers de personnes fuient Bagdad sous les bombes. Les alertes aux missiles SCUD irakiens sont également quotidiennes en Israël et en Arabie saoudite.

Le premier affrontement terrestre a lieu à la frontière koweito-saoudienne. 12 marines américains trouvent la mort. L’armée irakienne est obligée de se replier en laissant de nombreux morts et prisonniers.

Le Pentagone indique qu’il n’exclut pas l’utilisation d’armes chimiques, mais précise que les Etats-Unis ne s’en serviront pas les premiers.

De son côté, la France annonce le départ prochain de nouveaux renforts navals dans le Golfe. Le 3 février, décision exceptionnelle : le président Mitterrand autorise les bombardiers B-52 américains à survoler le territoire français et à s’y ravitailler en carburant.

.

.

300.000 Marocains manifestent à Rabat pour exprimer leur soutien à l’Irak aux cris de "Bush assassin ! Mitterrand son chien !". En Europe des rassemblements ont lieu notamment à Madrid et à Londres où se déroule la plus grande manifestation depuis le début de la guerre.

.

Les "75" multiplient les contacts et les réunions. Il s’agit d’élargir le mouvement contre la guerre, de toucher de nouvelles personnes, de nouveaux groupes, en dépit de la propagande déversée journellement par les médias.

Le 31 janvier une décision est prise : organiser une campagne de télégrammes "Arrêtez le massacre ! Halte à la guerre !" à envoyer au président de la République. Le but à atteindre est symbolique : un million de télégrammes, de lettres, de messages. Les organisations donnent leur accord et se déclarent prêtes à s’investir dans cette campagne de signatures.

Il faut pour cela une adresse postale et, grâce à la solidarité syndicale, la Boîte postale n° 75 est obtenue à Paris.

Siné réalise un dessin qui sera largement publié.


Dessin de Siné.


"Informations ouvrières", 6 février 1991.

.

Les grands médias étant contrôlés par le pouvoir et de toute façon favorables à la guerre, c’est vers les journaux militants que les pacifistes se tournent. La lutte contre la guerre du Golfe voit se créer de nouvelles revues, des bulletins. Des numéros spéciaux sont publiés, les tracts les plus divers sont distribués, dans la rue, les gares, les entreprises, les lycées, les facultés. Les murs se couvrent d’affiches.


"Union pacifiste", février 1991.

.


"La Paix" (Numéro hors série. Tirage : 150.000 exemplaires)

.


Article paru dans "La Paix".

.


"Humanité- Dimanche". Numéro spécial février 1991.

.


"Le Monde libertaire". Edition spéciale.

.


Vers la Guerre Sociale. Numéro 1.

.


"Collectif Guerre à la Guerre", février 1991.

.


"La Guerre Non !". Supplément au numéro 1.

.


Tract du groupe "Des Ennemis de l’Intérieur".

.


Affiches de l’Association pour l’Art et l’Expression Libres (Toulouse)

.



"L’Humanité-Dimanche", 1er février 1991.
.


"Le Monde", édition parue le 6 février 1991.

- 

Le 7 février, le président Mitterrand s’adresse aux Français sur toutes les chaînes de télévision. "L’offensive terrestre est inévitable, annonce-t-il, elle sera dure.... Elle interviendra dans les jours qui viennent, en tout cas dans le courant de ce mois. Cette épreuve cruelle de vérité aura lieu. Il faut que les Français y préparent leur esprit."



"Libération", 8 février 1991.

.


"L’Humanité", 8 février 1991.

.


"L’Humanité", 8 février 1991.

.


Dessin de Siné.

.

Au nom des 75, Denis Langlois réplique par un communiqué qui sera repris par la presse.


"Le Monde", 8 février 1991.

.


Libre-opinion de Maurice Cury, président du Conseil permanent des écrivains.

.

8 février. Sur le port de Marseille, les dockers de la CGT refusent de charger 29 conteneurs de munitions pour la Force Daguet.

9 février. Après Bagdad soumise à un véritable déluge de feu et privée d’eau et d’électricité, l’aviation alliée s’acharne sur Bassorah, la deuxième ville d’Irak, qui à son tour est bombardée jour et nuit. Au large, les cuirassés américains intensifient leur pilonnage des positions irakiennes. Il est évident que l’artillerie alliée se prépare à l’offensive terrestre. Dans le désert saoudien, des colonnes de chars se dirigent vers la frontière koweitienne.

Sur TF1, Pierre Joxe, le nouveau ministre de la Défense, fustige "l’anti-américanisme primaire" des pacifistes.

.

Le 11 février, les 75 tiennent une nouvelle conférence de presse au Café du Croissant pour annoncer officiellement leur campagne d’un million de télégrammes. Cependant, devant l’aggravation de la situation dans le Golfe et l’annonce de l’opération terrestre, la majorité des signataires présents souhaite une nouvelle manifestation. Les communistes ne sont pas d’accord, Denis Langlois propose un simple rassemblement place de la République le 13 février et une délégation à l’Elysée pour apporter les premiers milliers de télégrammes.

.



"L’Humanité", 12 février 1991.

.

Cette solution moyenne s’avère être une erreur. A la réunion du lendemain qui réunit signataires et organisations, les communistes confirment leur non-participation au rassemblement, ils sont suivis par plusieurs organisations.

Le rassemblement ayant été annoncé par les médias, il est difficile de l’annuler, d’autant plus que le Parti des travailleurs et plusieurs autres organisations y tiennent formellement, pour répondre à l’annonce de Mitterrand.


"Le Monde", 12 février 1991.

.


"Informations ouvrières", 12 février 1991.

.

"Libération" du 12 février 1991.

.

Pierre Joxe se rend à Washington pour rencontrer George Bush. Il lui réaffirme le total soutien de la France aux USA en tentant de faire oublier la démission de son prédécesseur Jean-Pierre Chevènement, opposé à la guerre. Cependant, Joxe évite d’aborder la question de l’après-guerre : Mitterrand souhaite une Conférence internationale pour régler les problèmes du Proche et du Moyen-Orient, mais Bush, en accord avec le gouvernement israélien, a fait savoir qu’il ne voulait pas en entendre parler.

Sur le terrain, l’US Air Force utilise pour la première fois la plus importante bombe conventionnelle de l’arsenal américain : la BLU-82 de 7 tonnes. Elle a été testée au Vietnam avec les ravages que l’on sait.

De son côté, l’aviation française largue sa 1.000e bombe de 250 kg au-dessus de l’Irak.

Un SCUD irakien s’abat sur la région de Tel-Aviv faisant 6 blessés.

.

.


Article de Michel Feltin, "La Croix", 12 février 1991.

.

13 février. Comme prévu, le rassemblement de la place de la République est un échec. 2.000 personnes seulement, membres en grande majorité du Parti des travailleurs. Quelques communistes sont présents à titre personnel. La tonalité est très nettement anti-américaine et anti-Mitterrand.

.

.

.


"Le Monde", 14 février 1991.

.


"La Croix", 14 février 1991.

.


"Libération", 14 février 1991.

.


"Le Quotidien", 14 février 1991.

.

Pour la suite Guerre du Golfe 5 Cliquez Ici

.

Chronologie :

1. 2 août 1990-9 janvier 1991.
2. 10 janvier 1991-18 janvier 1991.
3. 18 janvier 1991-28 janvier 1991.
4. 28 janvier 1991- 13 février 1991.
5. 13 février 1991-26 février 1991.
6. 26 février 1991-4 avril 1991.
7. 4 avril 1991-Juin 1992.

.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire